Jean-Marie dans Nord Eclair

Publié le par AMAP du Cojeul

Article paru dans Nord Éclair le 11/08/2015.

Spécialisée dans la location d’animaux pour l’entretien d’espaces verts, la société Ecozoone propose aussi des formations au métier de berger urbain.

« Recule. Tribord. Doucement. » La voix est encore hésitante, mais Gana réagit au quart de tour aux ordres de Jean-Marie Honoret. En bon chien de troupeau, le berger australien a vite fait de rameuter la vingtaine de moutons et de les rassembler au milieu du champ. Au loin, le ronronnement de la rocade nord-ouest et celui des coucous de l’aérodrome de Bondues. Nous ne sommes pas en pleine nature, mais bien au cœur d’un lotissement flambant neuf de Marquette-lez-Lille.

Maraîcher bio au sud d’Arras, Jean-Marie Honoret suit la formation au métier de berger en milieu urbain, mise en place par Ecozoone. Pionnière de l’écopâturage urbain, la société bousbecquoise propose une solution écologique pour l’entretien des espaces verts et le débroussaillage en supprimant les émissions carbones produites par les moteurs.

Désherbage animal

Sur son exploitation, Jean-Marie Honoret a deux hectares à entretenir. Sa commune, Boileux Saint-Marc, fait déjà appel aux services d’Ecozoone et au désherbage animal. Or la mise en place d’un pâturage pour la gestion écologique des espaces naturels exige des compétences particulières.

« La formation comprend 50 % de théorie, 50 % de pratique », éclaire Louise Covemaeker, ingénieur environnemental et cogérante d’Ecozoone. Avec une priorité donnée aux mises en situation concrètes sur le terrain. Les quatre modules de 35 h balayent la gestion du troupeau, les méthodes d’écopâturage, le management d’une entreprise d’écopâturage et l’initiation au travail du chien de troupeau.

Comme un chef d’orchestre

Ce matin-là, pour Jean-Marie, il est question de réviser le module 1 : la gestion d’un troupeau. « Ce sont des brebis de 80 à 90 kilos et ce n’est pas rien de les attraper tout seul ! », explique la formatrice, dont les gestes pour diriger le bétail rappellent ceux d’un chef d’orchestre.

Depuis le début de l’année, Ecozoone a accompagné cinq stagiaires. L’hiver, elle emmène aussi des personnes « en reconversion professionnelle et à la recherche d’un retour aux sources » à la découverte du métier de berger dans les Alpes. Initiation à la transhumance et découverte des animaux… À l’automne, à la fin de sa formation de six mois, Jean-Marie Honoret se verra lui délivrer une attestation. Il aura surtout en main toutes les ficelles pour diriger son troupeau.

Contact : www.ecozoone.com / 06 13 65 22 98 / ecozoone@gmail.com

De la montagne à la ville

Eleveuse et bergère dans les Alpes de Haute Provence, Marjorie Deruwez lance Ecozoone en 2007, deux ans après son retour dans son Nord natal. La ville de Lille cherche alors à redonner vie à un espace naturel de 11 hectares, difficile d’accès qu’elle aimerait faire entretenir par des animaux. « Installer des animaux pour qu’ils broutent tranquillement les herbes était très attrayant. Seul problème : personne ne savait vraiment comment s’occuper des bêtes. Au lieu d’une vente, j’ai donc proposé une location », raconte-t-elle sur le site web de sa société.

Poneys, ânes, vaches...

Ecozoone prend ainsi en charge la gestion des sites pendant la saison d’écopâturage. Pionnière en la matière, la société du hameau du Bois, à Bousbecque, utilise le modèle du pastoralisme traditionnel de montagne en l’adaptant au cadre citadin. Des sites difficiles d’accès, elle évolue « vers des sites urbains fréquentés, avec un objectif purement écologique et de préservation de la nature », à l’aide d’un cheptel varié (poneys, ânes, vaches, alpagas, moutons, chèvres, oies...), élevé uniquement dans le but de l’écopâturage.

Devenu l’acteur incontournable du pastoralisme citadin, Ecozoone est désormais présent sur des parcs urbains, des universités, des friches industrielles, des voies ferrées...

u milieu d’un lotissement, Jean-Marie Honoret reçoit les conseils de sa formatrice. Il souhaite devenir berger urbain. Photos Hubert Van Maele
u milieu d’un lotissement, Jean-Marie Honoret reçoit les conseils de sa formatrice. Il souhaite devenir berger urbain. Photos Hubert Van Maele
u milieu d’un lotissement, Jean-Marie Honoret reçoit les conseils de sa formatrice. Il souhaite devenir berger urbain. Photos Hubert Van Maele
u milieu d’un lotissement, Jean-Marie Honoret reçoit les conseils de sa formatrice. Il souhaite devenir berger urbain. Photos Hubert Van Maele

u milieu d’un lotissement, Jean-Marie Honoret reçoit les conseils de sa formatrice. Il souhaite devenir berger urbain. Photos Hubert Van Maele

Publié dans Communiqué

Commenter cet article